Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Ressources en ligne

La commercialisation des logements neufs en Rhône-Alpes au 2e trimestre 2015 - Nouvelle hausse des ventes

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 22 septembre 2015 (modifié le 7 août 2020)

Individuel et collectif Rhône-Alpes

L’amélioration de la situation conjoncturelle de la promotion immobilière se confirme. De juillet 2014 à juin 2015, les réservations de logements neufs progressent de 13 % par rapport à la même période de l’année précédente de juillet 2013 à juin 2014. 14 700 logements sont réservés au cours des douze derniers mois. La progression du second trimestre 2014 au second trimestre 2015, de 20 %, indique une accélération de cette reprise. La part des annulations s’établissant à 5 % au cours des douze derniers mois, le nombre de ventes effectives faisant suite à ces réservations pourrait être de l’ordre de 13 800 logements. Dans l’ensemble de l’Hexagone, la tendance est comparable avec sur douze mois une hausse des réservations de 9 %. Ce sont surtout les appartements qui portent cette conjoncture bien orientée. Sur douze mois, la croissance des réservations en collectif atteint 13 %. Mais les réservations en individuel sont désormais de nouveau en progression (+5 %). Les ventes profitent du niveau très bas des taux d’intérêt, mais les incertitudes sur la pérennité de cette situation peuvent inciter certains ménages à anticiper leur acquisition.

Selon les informations fournies par les promoteurs dans le cadre de l’enquête, la forte part que prennent les investisseurs dans cette reprise de l’activité se confirme. Le nombre de logements achetés en vue d’une location bondit de 38 % en comparant le cumul des quatre derniers trimestres à la même période de l’année précédente. Sur les douze derniers mois, 32 % des réservations sont fléchées par les promoteurs comme relevant d’un investissement locatif. Le dispositif "Pinel" qui a remplacé le "Duflot" au quatrième trimestre 2014 comporte des dispositions plus souples pour l’acheteur, qui peut choisir entre trois durées de location de six à douze ans tout en ayant la possibilité de louer le logement à un enfant ou à un parent.

Mais côté achat pour habiter, les ventes augmentent également (+4 %). Les primo-accédants ont bénéficié de conditions d’éligibilité au prêt à taux zéro allégées en 2015, avec la levée des exigences relatives à la performance énergétique et la possibilité de financer des acquisitions dans l’ancien, sous condition de travaux et de localisation toutefois.

En dépit de ces ventes bien orientées, les promoteurs, qui ont accumulé depuis plusieurs années un important encours de logements disponibles, restent encore prudents vis-à-vis de la mise sur le marché de nouveaux programmes. 14 900 logements sont mis en vente au cours des douze derniers mois, soit 7 % de moins que lors de la même période de l’année antérieure. Au dernier trimestre toutefois, le repli de 4 % seulement par rapport au second trimestre 2014 peut refléter un regain de confiance des promoteurs dans le marché qui reste à confirmer. La baisse des mises en ventes est supérieure en Rhône-Alpes à celle de la France métropolitaine (-2 %). En année glissante, les mises en vente d’appartements (-6 %) comme de maisons (-8%) sont orientées à la baisse.

Les réservations se maintenant durablement au niveau des mises en vente, le stock de logements fléchit sensiblement. Avec 16 400 références dans les catalogues des promoteurs, le niveau de l’encours des logements disponibles est en juin 2015 de 11 % inférieur à celui de l’année antérieure. Dans l’ensemble de l’Hexagone, les stocks baissent de 9 % en un an.

Avec la hausse des réservations et la baisse des stocks, le délai d’écoulement se comprime. Fin juin 2015, ce dernier s’établit à 13 mois pour les appartements et 15 mois en maison, contre 18 et 17 en juin 2014.

Les prix recommencent à augmenter. En moyenne des quatre derniers trimestres, il faut compter 3 800 euros le m² pour l’achat d’un appartement en Rhône-Alpes, soit une progression de 2 % en un an. Le prix des appartements reste inférieur à celui qui a cours dans l’ensemble de l’Hexagone (3 880 euros), en revanche les prix ne progressent pas au niveau France métropolitaine (+0,1 %). Côté maisons, les tarifs négociés augmentent de 1 % pour atteindre 291 000 euros le lot en Rhône-Alpes.

Collectif par zone de marché hors stations

Hors stations de montagne, les réservations d’appartements neufs bondissent de 12 % en douze mois, notamment à Lyon et Annemasse.

Les mises en vente d’appartements neufs s’inscrivent à la baisse (-9 %) avec un repli particulièrement marqué à Grenoble et Annecy. La hausse des mises en vente reste à l’ordre du jour à Lyon et Chambéry.

Le stock de logements disponibles baisse de 3 %, en particulier à Annecy, mais il continue d’augmenter à Thonon-Evian.

Le prix des appartements neufs hors stations s’établit en moyenne des quatre derniers trimestres à 3 650 € le m², en hausse dans le Grand Lyon, pour une évolution moyenne hors stations de 1 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Collectif en stations en Isère, Savoie et Haute-Savoie

Dans les stations, les ventes d’appartements continuent de progresser sensiblement, l’évolution atteignant +29 % en glissement annuel, avec une augmentation particulièrement importante en Savoie.

Le cumul des mises en vente d’appartements des douze derniers mois est supérieur de 31 % à celui de l’année antérieure. Les évolutions sont contrastées entre une hausse sensible en Savoie et une baisse tout aussi significative en Isère.

En progression dans les deux Savoie, en repli dans le département de l’Isère, l’encours d’appartements neufs proposés à la vente baisse en moyenne de 2 % en stations de juillet 2014 à juin 2015.

Le prix des appartements neufs s’établit à 5 830 € le m² en moyenne des quatre derniers trimestres. Les prix augmentent de 10 % en un an avec une hausse particulièrement sensible dans les stations iséroises.

Pour en savoir plus







Lecture



Cette analyse porte sur la commercialisation des logements neufs faisant suite à des dépôts de permis de construire portant sur 5 logements et plus.
Les stations de montagne représentent une faible part des appartements commercialisés mais ils comportent des caractéristiques spécifiques qui conduisent en faire une présentation séparée.
Par ailleurs le logement collectif représentant la plus grande partie de la commercialisation des logements du champ de l’enquête, les analyses relatives aux zones de marché ne portent que sur ce type de logements, sans tenir compte des maisons individuelles.


Télécharger :