Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Eau Nature Biodiversité

Le premier arrêté de protection de géotope dans le département du Rhône

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 13 août 2020
L’arrêté de protection de géotope du site géologique Amas sulfuré de Saint-Pierre-la-Palud (69) a été signé le 16 juin 2020. Il s’agit du premier APG en région Auvergne-Rhône-Alpes.
 
Sur une proposition de la Commission régionale du patrimoine géologique (CRPG), la DDT du Rhône a mené à bien l’instruction de ce dossier pour sa protection règlementaire. Il a reçu un avis favorable de la CDNPS, du CSRPN (4/06/2019) et de la commune.
 
Ce site (RHA0209 dans l’inventaire, fiche rédigée par Pierre Thomas de l’ENS de Lyon, membre de la CRPG) est l’un des sept amas sulfurés principaux du nord-ouest du Massif Central, il est le moins dégradé, le plus visible et le plus pédagogique.

Il a un fort intérêt géologique en minéralogie dû à la présence d’un front de taille de l’ancienne mine qui permet de voir une « coupe » d’un amas sulfuré paléozoïque, tectonisé et schistosé, et de son "chapeau de fer", et ce dans de bonnes conditions d’affleurement.

Il s’agit d’un ancien site minier exploité de manière industrielle pour la pyrite jusqu’en 1972, pour la production d’acide sulfurique ; il doit être mis en lien avec le Musée de la Mine dans le village. Le site est fermé et appartient à la commune (station d’épuration dans la parcelle). Il est possible de s’adresser à la mairie pour des visites de groupe.

La mise en place de cette protection a pour conséquence d’interdire la destruction, l’altération et la dégradation du site ainsi que le prélèvement, la destruction ou dégradation des minéraux et concrétions présents. Des autorisations exceptionnelles de prélèvements à des fins scientifiques ou d’enseignement peuvent néanmoins être délivrées par le Préfet après avis de la CDNPS, du CSRPN et de la commune, et après consultation du public.

Amas sulfuré de St-pierre-la-palud (69)
Détail du front de taille, où l’on voit bien les "quartzites" pyriteuses et le "chapeau de fer" (copyright Pierre Thomas).