Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Infrastructures routières

Un projet routier, un environnement valorisé

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 6 septembre 2016

Le projet d’aménagement de la RN90 a été élaboré en intégrant la volonté de protéger et de valoriser l’environnement et la biodiversité (projet labellisé ISO 14001) . La DREAL s’est donc fixée des objectifs tels que l’amélioration de la qualité des milieux aquatiques, l’amélioration des continuités écologiques ou l’optimisation de la gestion des déchets.

Un Programme de Management Environnemental (PME) a été mis en place en lien avec les entreprises de travaux. Celui-ci définit un certain nombre d’actions permettant d’atteindre ces objectifs dont :
- maitriser les zones de dépôts et favoriser le stockage provisoire et le réemploi sur site des matériaux extraits,
- identifier les matériaux ou déchets pollués du chantier et suivre leur évacuation,
- éviter la pollution des eaux de l’Isère qui pourrait être due aux plateformes de chantier ou aux travaux effectués dans son lit (pour cela un suivi de la qualité des eaux et des sols est organisé et des prélèvements d’eau et de sédiments sont faits régulièrement),
- contrôler la qualité des terres végétales déplacées pour éviter la prolifération d’espèces invasives,
- requalifier le lit de l’Isère en créant des conditions favorables à la vie piscicole (caches à poissons…).

Un suivi de ces actions est organisé au niveau :
- des entreprises de travaux avec l’intervention d’un correspondant environnement présent deux demi-journées par semaine,
- de la DREAL Rhône-Alpes avec l’intervention d’un coordonnateur environnement qui se rendra sur le chantier deux fois par mois,
- du comité de suivi technique, regroupant le service de Police de l’Eau, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA), la Fédération de Savoie pour la pêche et la protection du milieu aquatique (FSPPMA), la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA), les représentants des communes concernées, l’Assemblée du pays Tarentaise Vanoise (APTV), qui doit se réunir pour la première fois le 15 mars 2013 et donner un avis sur les dispositions prises pour la conduite du chantier.