Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable et Données

La commercialisation des logements neufs en Rhône-Alpes au 1e trimestre 2011-Une tendance indécise pour les ventes comme pour les mises sur le marché

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 8 juin 2011

Individuel et collectif Rhône-Alpes

Après la conjoncture immobilière exceptionnelle du second et du troisième trimestre 2010, les ventes de logements neufs sont redescendues au niveau qu’elles avaient atteint en 2009 après la dernière crise de fin 2008. Au premier trimestre 2011, 4 540 logements neufs ont été réservés en Rhône-Alpes, en baisse modérée de 5,5 % par rapport au même trimestre de l’année précédente. D’avril 2010 à mars 2011 les ventes de logements ont atteint 20 400 unités soit une tendance restant positive de +10,6 %, la dernière période annuelle glissante intégrant le pic de mi-2010. La croissance des réservations a été plus importante pour les maisons (18,4 %) que pour les appartements (9,9 %). La part des réservations aboutissant à une vente effective s’est maintenue à un niveau très élevé (96,3 %).
La tendance baissière qui affecte la série des ventes de logements neufs depuis deux trimestres est largement imputable à l’évolution des ventes en investissement locatif. Selon les réponses à l’enquête de la DREAL, les achats intervenant dans le cadre du Scellier ou d’autres dispositifs de même nature, qui ont pu représenter jusqu’à 40,0 % des transactions en septembre 2010, ont compté pour moins d’un achat sur trois (30,1 %) début 2011. Il est vrai que le dispositif Scellier a fait l’objet d’une évolution à compter du 1er janvier 2011 selon laquelle le taux de réduction d’impôt est passé de 25 % à 22 % ou 13 % selon l’existence ou non du label BBC (bâtiment basse consommation).
5 620 logements neufs ont été mis en vente au premier trimestre 2011, un chiffre élevé après deux trimestres peu dynamiques traduisant une tendance indécise du marché. Par rapport au même trimestre de l’année 2010, l’évolution reste favorable à +20,0 %. En un an, 19 900 logements ont été mis en vente en Rhône-Alpes, soit une tendance toujours haussière de +34,7 % par rapport à l’année précédente. Les mises sur le marché ont davantage progressé pour les appartements (36,1 %) que pour l’individuel groupé (+23,0 %).
Dans un contexte de mises en ventes de nouveau supérieures aux réservations, les stocks de logements neufs ont recommencé à augmenter faiblement début 2011. 11 700 logements étaient disponibles à la vente au premier trimestre 2011, un chiffre restant en baisse par rapport à la même période de l’année précédente (-11,9%). Le délai d’écoulement des stocks s’est allongé pour atteindre 7,5 mois pour les appartements, restant à 7,2 mois pour les maisons.
A 3 650 euros/m², les prix moyens des logements collectifs neufs ont augmenté de 8,0 % en glissement annuel. Les maisons se sont négociées à 257 000 € le lot en moyenne, un prix en augmentation de 1,3 % par rapport à l’année précédente.
La conjoncture de l’immobilier est restée mieux orientée en Rhône-Alpes que dans le reste de l’hexagone avec un écart de 7,8 points pour les réservations et de 8,5 points pour les mises en vente. La baisse des stocks a été plus importante en Rhône-Alpes que dans la moyenne des régions, l’écart s’établissant à 5,4 points. Les prix se sont établis à un niveau moins élevé en Rhône-Alpes, mais la croissance des prix y a été supérieure.

Collectif par zone de marché hors stations

Hors stations de montagne, les réservations d’appartements neufs ont augmenté de 8,2 % sur la dernière période annuelle glissante. Les ventes ont connu une forte progression à Grenoble mais elles ont régressé à Lyon.
Durant la même période, les mises en vente d’appartements neufs ont globalement progressé de 33,5 % avec une poussée importante à Grenoble tandis que le marché était orienté à la baisse à Lyon (ville).
L’encours de logements collectifs proposés à la vente s’est inscrit à la baisse par rapport au premier trimestre 2010 (-12,5 %) avec un repli marqué à Annecy alors que les stocks progressaient dans le Grand Lyon.
Les prix des appartements neufs hors stations se sont établis en moyenne à 3 480 € le m², soit une augmentation annuelle de 8,3 %. Les prix ont toutefois diminué dans le Grand Lyon (hors Lyon), à Grenoble et surtout Annecy.

Collectif en stations en Isère, Savoie et Haute-Savoie

Dans les stations de montagne, la croissance annuelle glissante des réservations a atteint +35,2 %. Le marché s’est montré particulièrement dynamique dans les stations de ski iséroises alors que l’évolution des ventes était très défavorable en Haute-Savoie.
En glissement annuel les mises en vente de logements collectifs dans les stations ont augmenté de 72,3 % avec une progression sensible en Savoie et une baisse en Haute-Savoie.
L’encours de logements collectifs neufs proposés à la vente a diminué de 4,1 % par rapport au premier trimestre 2010, essentiellement dans les stations d’Isère et Haute-Savoie.
Le prix des appartements neufs en station a atteint une moyenne de 5 690 € le m², soit une hausse de 3,0 % en glissement annuel. Les prix les plus élevés ont été observés dans les stations de Haute-Savoie. Les progressions de prix les plus importantes ont concerné l’Isère et la Haute-Savoie.

Pour en savoir plus

Chiffres et statistiques, observations et statistiques, Ministère de l’Écologie, du développement durable, des Transports et du Logement, Commissariat général au développement durable, Service de l’observation et des statistiques
- N°220, mai 2011, commercialisation des logements neufs, résultats au premier trimestre 2010

Lecture

Cette analyse porte sur la commercialisation des logements neufs faisant suite à des dépôts de permis de construire portant sur 5 logements et plus.
Les stations de montagne représentent une faible part des appartements commercialisés mais ils comportent des caractéristiques spécifiques qui conduisent en faire une présentation séparée.
Par ailleurs le logement collectif représentant la plus grande partie de la commercialisation des logements du champ de l’enquête, les analyses relatives aux zones de marché ne portent que sur ce type de logements, sans tenir compte des maisons individuelles.


Télécharger :