Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Ressources en ligne

La commercialisation des logements neufs en Rhône-Alpes au 4ème trimestre 2014 - Les réservations de logements neufs de nouveau en hausse

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 mars 2015 (modifié le 20 mars 2015)

Individuel et collectif Rhône-Alpes

Les réservations de logements neufs ont progressé de 2 % de 2013 à 2014, atteignant 13 300 appartements et maisons pour l’ensemble de l’année. La part des annulations s’établissant à 7 % au cours des quatre derniers trimestres, le nombre de ventes effectives faisant suite à ces réservations 2014 pourrait avoisiner les 12 300 logements. Les chiffres du dernier trimestre sont en hausse encore plus marquée, avec une croissance de 5 % du quatrième trimestre 2013 au même trimestre de 2014. D’octobre à décembre 2014, 3 470 logements ont fait l’objet d’une réservation. Dans l’ensemble de l’Hexagone, la tendance s’est montrée moins favorable avec une diminution des réservations de 4 % de 2013 à 2014. Cette conjoncture bien orientée en Rhône-Alpes a concerné les appartements seulement, avec une hausse de 4 % en année glissante, le nombre de maisons réservées se repliant dans le même temps de 15 %.

Selon les informations fournies par les promoteurs, cette timide reprise de l’activité est surtout le fait des investisseurs. Le nombre de logements achetés en vue d’une location a bondi de 14 % de 2013 à 2014, alors que le total des maisons et appartements acquis en vue d’une occupation personnelle a connu une légère érosion de 2 %. En 2014, 27 % des réservations ont été fléchées dans le cadre de l’enquête par les promoteurs comme relevant d’un investissement locatif.

Les mises en ventes sont restées orientées à la baisse. 15 200 logements ont été mis sur le marché en 2014, soit 7 % de moins qu’en 2013. Toutefois les chiffres du dernier trimestre, en hausse de 6 % par rapport au même trimestre de 2013, laissent espérer une inversion de tendance qui restera à confirmer. 4 040 logements ont été mis sur le marché au quatrième trimestre 2014.
La baisse des mises en ventes est restée relativement contenue en Rhône-Alpes au regard de ce qui a pu être observé dans la plupart des autres régions, le repli s’établissant à -13 % en année glissante pour l’ensemble de la France métropolitaine. En année glissante, les mises en vente d’appartements (-6 %) comme de maisons (-24 %) ont été orientées à la baisse. En revanche le bon chiffre du dernier trimestre est imputable aux logements collectifs dont les mises sur le marché ont bondi de 9 % de fin 2013 à fin 2014.

Le stock de logement, qui avait diminué du deuxième au troisième trimestre 2014, a continué à se replier au quatrième. Avec 18 100 références dans les catalogues des promoteurs, le niveau de l’encours des logements disponibles restait néanmoins 1 % plus élevé fin 2014 qu’en décembre 2013. Dans l’ensemble de l’Hexagone, les stocks ont diminué de 1 % de décembre 2013 à fin 2014.

Le délai d’écoulement des appartements neufs s’est stabilisé au quatrième trimestre 2014 à un niveau inférieur à celui des quatre trimestres précédents. Le rythme des ventes permettrait de résorber le stock actuel au bout de 17 mois pour les appartements et 22 mois pour les maisons.

Les prix ont recommencé à augmenter. En moyenne des quatre trimestres 2014, il fallait compter 3 760 euros le m² pour l’achat d’un appartement en Rhône-Alpes, soit 1 % de plus qu’en 2013. Le prix des appartements est resté toutefois inférieur à celui de l’Hexagone (3 860 euros), la tendance France métropolitaine restant orientée à la baisse (-0,3 %). Côté maisons, les tarifs négociés ont augmenté de 4,4 % pour atteindre 294 000 euros le lot en Rhône-Alpes.

Collectif par zone de marché hors stations

Hors stations de montagne, les réservations d’appartements neufs ont augmenté de 1 % en année glissante, notamment à Lyon.

Les mises en vente d’appartements neufs se sont inscrites à la baisse (-7 %) avec un repli particulièrement marqué à Chambéry et Annecy. La hausse des mises en vente est toutefois restée à l’ordre du jour à Lyon, Annemasse et Thonon les Bains.

Les stocks de logements ont progressé de 9 % de 2013 à 2014, en particulier à Annemasse et Thonon les Bains.

Le prix des appartements neufs hors stations s’est établi en moyenne des quatre trimestres 2014 à 3 610 € le m², en baisse dans toutes les grandes agglomérations, pour une évolution moyenne de -1 % par rapport à 2013.

Collectif en stations en Isère, Savoie et Haute-Savoie

Dans les stations, les ventes d’appartements, qui étaient tombées très bas en 2013, ont bondi de 56 % en glissement annuel, avec une augmentation sensible en Savoie.

Les mises en vente d’appartements ont augmenté de 12 % par rapport à 2013. Les évolutions ont été contrastées entre une hausse sensible en Savoie et une baisse tout aussi significative en Isère.

En hausse dans les deux Savoie et en baisse en Isère, l’encours d’appartements neufs proposés à la vente a globalement diminué de 2 % par rapport à 2013.

Le prix des appartements neufs s’est établi à 5 690 € le m² en moyenne des quatre trimestres de 2014, soit une augmentation moyenne annuelle de 12 % particulièrement sensible dans les stations d’Isère et de Savoie.

Pour en savoir plus



  • Chiffres et statistiques, Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Commissariat général au développement durable, Service de l’observation et des statistiques
    -N°610, février 2015, commercialisation des logements neufs, résultats au quatrième trimestre 2014



Lecture



  • Cette analyse porte sur la commercialisation des logements neufs faisant suite à des dépôts de permis de construire portant sur 5 logements et plus.
  • Les stations de montagne représentent une faible part des appartements commercialisés mais ils comportent des caractéristiques spécifiques qui conduisent en faire une présentation séparée.
    Par ailleurs le logement collectif représentant la plus grande partie de la commercialisation des logements du champ de l’enquête, les analyses relatives aux zones de marché ne portent que sur ce type de logements, sans tenir compte des maisons individuelles.

Télécharger :