Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable et Données

La commercialisation des logements neufs en Rhône-Alpes au 1e trimestre 2009-Des ventes mieux orientées au premier trimestre 2009 que fin 2008

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 octobre 2010 (modifié le 11 janvier 2011)

INDIVIDUEL ET COLLECTIF RHONE-ALPES

Après deux trimestres très défavorables, les ventes de logements ont quasiment doublé au premier trimestre 2009 pour retrouver une volumétrie comparable à celle des années précédentes. Il est vrai que les ventes pour investissement locatif, comme celles qui ont été réalisées dans le cadre du dispositif de réduction d’impôts "Scellier" mis en place au 1er janvier 2009, ont globalement progressé, passant de 19,8 % à 30,0 % des réservations en un trimestre. Les ventes ont atteint 3 800 logements en Rhône-Alpes de janvier à mars 2009, soit en comparaison du premier trimestre 2008 une baisse de 15,2 % tout de même. Sur une année glissante le bilan reste bien entendu très négatif. 11 500 logements ont été réservés d’avril 2008 à mars 2009 soit une baisse de 34,8 % par rapport aux douze mois précédents, un chiffre également à rapprocher de celui des années 2006 et 2007 où plus de 18 000 logements étaient vendus par an.
La reprise des ventes de logements neufs a concerné autant les appartements que les maisons individuelles.
S’agissant des mises en vente, le bilan reste plus mitigé. Après trois trimestres de baisse continue, les mises en ventes de logements n’ont connu qu’une très légère reprise au premier trimestre 2009. 2 500 logements ont été mis en vente de janvier à mars 2009, soit à peine plus que la moitié des mises en vente du premier trimestre 2008 (-57,2 %). En année glissante, les mises en vente ont atteint 11 500 logements soit une baisse de 53,1 % par rapport aux douze mois précédents. Au plus haut du dernier cycle conjoncturel en 2007, les mises en vente atteignaient plus de 25 000 logements par an.
Début 2009, les stocks (l’encours de logements proposés à la vente) ont renforcé la tendance à la baisse qui s’était dessinée dès le troisième trimestre 2008 pour se stabiliser à 18 600 logements, soit 11,2 % de moins que fin 2008. Les mises en ventes et les annulations de ventes, qui augmentent le stock, sont restées inférieures aux ventes, tandis que les abandons de programmes et les ventes en globalité, réalisées en particulier dans le cadre du plan de relance et du programme de 30 000 logements en VEFA (Vente en état futur d’achèvement, cf circulaire du Premier ministre du 17 octobre 2008 relative aux décisions prises pour faire face à la situation de l’immobilier), se sont maintenus à un niveau élevé. En évolution annuelle, le niveau des stocks à fin mars 2009 est resté inférieur de 13,3 % à celui de mars 2008.
Le délai d’écoulement des stocks, calculé par convention sur la base des ventes des deux derniers trimestres, est redescendu à 18 mois pour les appartements et 22 mois pour les maisons
Le prix des logements neufs a continué de régresser. Au premier trimestre 2009, les appartements se sont vendus en moyenne à 3 300 € le m² soit une baisse de 3,7 % par rapport au premier trimestre 2008. Les maisons se sont négociées à 260 000 € le lot, 17,6 % de moins qu’il y a un an.
La tendance régionale est restée assez proche de celle de l’ensemble de l’hexagone en particulier pour les ventes ( 33,1 % au niveau national sur une année glissante). Les mises en vente ont plus régressé en Rhône-Alpes que dans l’ensemble du pays (-41,5 %). La baisse des stocks a été plus importante en Rhône-Alpes qu’en France (-7,9 %). Le prix au m² des appartements est resté stable dans l’ensemble du pays (0,2 %) alors qu’il a régressé en Rhône-Alpes.

COLLECTIF PAR ZONE DE MARCHE HORS STATIONS

Hors stations de montagne, les ventes d’appartements neufs ont diminué de 33,0 % du deuxième trimestre 2008 au premier trimestre 2009 par rapport aux douze mois précédents. De fortes baisses ont pu être observées à Grenoble, Saint-Étienne et Annecy.
En un an les mises en vente d’appartements neufs hors stations ont diminué de 54,1 %, avec une baisse particulièrement importante à Annecy, Valence et dans le Pays-de-Gex.
L’encours de logements collectifs proposés à la vente a nettement régressé par rapport au premier trimestre 2008 à -14,7 %. La baisse a été particulièrement marquée à Lyon et Annecy mais le stock a continué de progresser à Chambéry.
Les appartements neufs hors stations se sont négociés en moyenne à 3 200 euros le m² en mars 2009 soit une augmentation de 1,1 % par rapport à mars 2008. Si les prix ont augmenté dans le Grand Lyon, ils ont régressé à Annecy et Annemasse.

COLLECTIF EN STATIONS EN ISÈRE, SAVOIE ET HAUTE-SAVOIE

Dans les stations de montagne, les ventes d’appartements neufs ont diminué de 50,9 % d’avril 2008 à mars 2009 par rapport à la même période de l’année précédente. Dans le même temps les mises en vente régressaient de 65,8 %. Cette baisse a affecté aussi bien les stations iséroises que celles des deux Savoie.
L’encours de logements collectifs neufs proposés à la vente a régressé de 9,3 % de mars 2008 à mars 2009, surtout en Savoie.
Le prix des appartements neufs en station a diminué de 25,8 % en un an pour atteindre une moyenne de 4 600 € le m² en mars 2009. C’est en Savoie que les prix des appartements en station sont globalement les plus élevés (5 000 € le m² en moyenne).

POUR EN SAVOIR PLUS


Commercialisation des logements neufs : résultats au premier trimestre 2009, commissariat général au développement durable, service de l’observation et des statistiques, chiffres et statistiques n°36, mai 2009

LECTURE


Ce dossier, qui s’appuie sur l’enquête ECLN, porte sur la commercialisation des logements neufs faisant suite à des dépôts de permis de construire portant sur 5 logements et plus.
Les stations de montagne représentent une faible part des appartements commercialisés mais ils comportent des caractéristiques spécifiques qui conduisent à les dissocier du reste de la région.
Par ailleurs le logement collectif représentant la plus grande partie de la commercialisation des logements du champ de l’enquête, les analyses relatives aux zones de marché ne portent que sur ce type de logements sans tenir compte des maisons individuelles.


Télécharger :