Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable et Données

Les immatriculations de véhicules en Auvergne-Rhône-Alpes 2019

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 mars 2020 (modifié le 27 mai 2020)

Une très bonne année pour les immatriculations en Auvergne-Rhône-Alpes

Pour la cinquième année consécutive, les immatriculations de véhicules neufs en Auvergne-Rhône-Alpes sont orientées à la hausse, avec une augmentation des ventes de 0,8 % par rapport à 2019.

Ce niveau de vente semble toutefois atteindre un palier du fait des défis environnementaux qui interrogent sur le futur proche du secteur.

317 285 véhicules ont été vendus en 2019 en Auvergne-Rhône-Alpes ce qui représente 11,7 % des transactions nationales.

Les voitures particulières représentent toujours 78 % des nouvelles immatriculations pour atteindre en valeur absolue un niveau jamais observé depuis 2010.

Dans un contexte de marché automobile mondial en repli, les ménages et surtout les entreprises en France et en Auvergne-Rhône-Alpes ont encore investi en 2019. Le segment de la voiture particulière reste prépondérant (78 % du marché régional). De nombreux facteurs ont influencé le comportement des acheteurs. En premier lieu, le coût des carburants, sans présenter de flambée, a connu un pic en mai et termine l’année en hausse par rapport au 1er janvier, principalement du fait de considérations géopolitiques provoquant l’augmentation du cours mondial du pétrole brut. Ensuite, l’arrivée annoncée de nouvelles normes d’homologation des automobiles (WLTP), une grille de malus revue à la hausse qui devrait se durcir encore plus en 2020, une progression des préoccupations sanitaires et environnementales, ont été autant de facteurs qui ont conduit à des décisions parfois antagonistes allant de la recherche de véhicules émettant moins de CO2 jusqu’à l’effet d’aubaine, particulièrement au mois de décembre, pour l’acquisition de grosses berlines ou SUV avant le durcissement de la fiscalité. La motorisation gas-oil ne représente plus que 35 % des ventes régionales de voitures neuves.

  Des immatriculations de véhicules particuliers en légère hausse

Au niveau national, 2 173 859 voitures particulières ont été immatriculées en 2019, le marché connaît ainsi une progression annuelle de 1,6 % pour atteindre un nouveau record.
En Auvergne-Rhône-Alpes, en 2019, 246 5491 véhicules particuliers neufs ont été immatriculés, ce qui traduit une augmentation annuelle de 0,8 %, inférieure à celle observée au plan national. Les situations apparaissent différentes selon les départements. Le Rhône enregistre une progression annuelle de 6,1 % alors qu’à l’opposé la Haute-Loire connaît une diminution de 5,2 % durant la même période.Le nombre de véhicules achetés par des loueurs ou par des entreprises progresse de 11 % par rapport à 2018 et représente la majorité des ventes de voitures particulières neuves. À l’opposé, les acquisitions faites par des particuliers connaissent un recul annuel de 8 %.

  La motorisation diesel toujours en recul

Cette tendance initiée depuis 2013, aussi bien au plan national que régional, se poursuit en 2019. Avec 87 025 immatriculations en Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de motorisations gas-oil enregistre une baisse annuelle de 8 % et le taux de diésélisation des voitures particulières passe de 71 % en 2012 à 35 % en 2019. Cette évolution se fait essentiellement au profit des motorisations essence qui, avec 139 877 immatriculations, progressent de 4,5 %. Les ventes globales de motorisations hybrides et de voitures électriques pures enregistrent une augmentation de 19 %, mais ne représentent à elles deux que 8 % de part de marché. Avec 5 490 voitures électriques pures vendues, ce segment progresse de 32 % en 2019 mais ne constitue que 2,2 % des immatriculations de l’année.

  Les émissions moyennes de CO2 restent stables

Les émissions moyennes de CO2 des véhicules particuliers neufs restent stables pour la région et se situent à 112 grammes par kilomètre (comme au plan national). En Auvergne-Rhône-Alpes, la moyenne des émissions des voitures neuves est de 114 grammes pour les motorisations diesel et de 117 grammes pour les motorisations essence. Les achats des particuliers comme ceux des entreprises présentent des émissions moyennes identiques (112 grammes par kilomètre). Les différences départementales se resserrent autour de la moyenne régionale. Seul le département de la Savoie affiche des émissions moyennes supérieures aux alentours de 115 grammes.

Le malus écologique applicable en 2019 débute pour des émissions de CO2 supérieures ou égales à 117 grammes par kilomètre. En Auvergne-Rhône-Alpes, 20 % des voitures vendues cette année émettent moins de 100 grammes de CO2 par kilomètre, ce qui correspond à l’étiquette énergie A du classement réalisé par l’ADEME. Cette proportion apparaît stable par rapport à 2018, mais elle avait baissé de plus de 9 points depuis 2016. La part régionale cumulée des véhicules émettant moins de 120 grammes par kilomètre (étiquettes énergie A et B), s’élève à 70 %. Ce constat, observé aussi au plan national, interroge sur la capacité des constructeurs à atteindre l’objectif des 95 % de ventes de leur marque en dessous de 95 grammes en 2020, établi par la Commission européenne.

  Des investissements professionnels en augmentation

Les immatriculations de véhicules utilitaires légers neufs (poids inférieur à 3,5 tonnes) en Auvergne-Rhône-Alpes en 2019 apparaissent quasi-stables alors qu’elles connaissent une progression de 4,3 % à l’échelle française. Les situations diffèrent en fonction des départements.
Pour la quatrième année consécutive, le marché régional des véhicules utilitaires de plus de 3,5 tonnes, poursuit une tendance haussière avec une progression en 2019 des immatriculations de 2,8 %, contre 0,8 % au plan national. La situation apparaît là aussi contrastée en fonction des départements.
Avec 1 015 unités, les immatriculations d’autobus et d’autocars, dont le marché reste très erratique, augmentent de 24,1 % par rapport à 2018.


Télécharger :