Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Eau Nature Biodiversité

La liste rouge des bryophytes menacées en Auvergne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 septembre 2014

L’Auvergne est un territoire reconnu pour la diversité de ses bryophytes, plus couramment appelées mousses et hépatiques. La réalisation de la liste rouge dresse le bilan des menaces qui pèsent sur ce patrimoine végétal peu connu.

Ptilium crista-castrensis  en grand format (nouvelle fenêtre)
Ptilium crista-castrensis
Espèce cotée "vulnérable" dans la liste rouge régionale des bryophytes Photo : D. Happe

Qu’est-ce qu’une bryophyte ?

Si, dans le langage courant, on parle de mousses pour décrire ces plantes de petite taille dépourvues de racines, en réalité, nous devrions utiliser le terme de bryophytes, pour parler de ces végétaux. On estime qu’il existe entre 15 000 et 25 000 espèces de bryophytes dans le monde. Les bryophytes se répartissent, de manière simplifiée, en trois groupes : les mousses ou muscinées, les hépatiques et les anthocérotes. Les bryophytes sont formées d’une tige "feuillée" (ou d’un thalle). Elles ne possèdent pas de vraies racines et sont démunies de vaisseaux conducteurs qui caractérisent les plantes vasculaires (plantes à fleurs et fougères).

L’Auvergne : un territoire reconnu pour la diversité de sa bryoflore.

Liste rouge des bryophytes
Liste rouge des bryophytes
Cliquer sur l’image pour consulter la liste

En Auvergne, on recense actuellement 883 espèces ou sous-espèces (657 mousses, 222 hépatiques et 4 anthocérotes).

Afin de mieux cerner la responsabilité de l’Auvergne pour la conservation de ce groupe d’espèces, la DREAL a confié au Conservatoire Botanique National du Massif Central (V. Hugonnot et J. Celle), la réalisation d’une liste rouge des bryophytes d’Auvergne. Cette liste, qui vient d’être validée par le Conseil Scientifique Régional de la Protection de la Nature (CSRPN) et labellisée par le comité français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), dresse un bilan des menaces qui pèsent sur ce patrimoine végétal peu connu.

Suivant les critères de l’UICN, 49,4 % des bryophytes sont classées comme menacés et 4,9 % comme quasi menacées. Seuls 320 espèces sont considérées comme hors de danger dans la région (36,2 %). 13 espèces sont considérées comme disparues et 134 supplémentaires pourraient subir le même sort si aucune mesure visant à les conserver n’est prise urgemment. Un nombre important de taxons (61) présents en Auvergne figure au Livre rouge européen. 7 taxons [1] sur 12 protégés en France sont présents en Auvergne. La région Auvergne a donc une grande responsabilité en tant que réservoir privilégié d’une bryoflore menacée à des échelles spatiales plus vastes.

Monts du Cantal et Massif du Sancy : deux foyers majeurs pour la connaissance et la conservation des bryophytes

D’une façon générale, la bryoflore menacée est très inégalement répartie dans la région au regard des connaissances disponibles. Quelques foyers majeurs concentrent une richesse exceptionnelle en taxons considérés comme menacés à l’échelle de l’Auvergne (monts du Cantal, massif du Sancy).

[1Taxons : on entend ici une entité correspondant à une espèce, une sous-espèce, une variété, une forme