Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable et Données

La commercialisation des logements neufs en Rhône-Alpes 2e trimestre 2008-La commercialisation des logements neufs en forte baisse

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 octobre 2010

INDIVIDUEL ET COLLECTIF RHONE-ALPES

Au second trimestre 2008, 3 300 logements neufs ont été réservés soit environ les deux tiers seulement des ventes qui avaient été réalisées au cours du même trimestre de l’année précédente (31,2 %). Sur une année glissante du troisième trimestre 2007 au deuxième trimestre 2008 le nombre de ventes s’élève à 16 200, en diminution de 12,5 % par rapport aux quatre trimestres précédents. Ces difficultés de commercialisation ont surtout impliqué les logements collectifs (14,0 % sur une année glissante) alors que le nombre de réservations concernant des maisons individuelles a continué de progresser (+6,2 %).
Au cours du second trimestre 2008, 3 900 logements neufs ont été mis en vente, soit 38,9 % de moins qu’au deuxième trimestre 2007. Du troisième trimestre 2007 au deuxième trimestre 2008, ce sont 22 100 logements neufs qui ont été mis sur le marché, soit une baisse de 8,6 %. De même que pour la commercialisation, ce sont les logements collectifs qui ont le plus été impactés par cette baisse(9,7 %) tandis que les mises en vente de logements individuels ont progressé de 4,2 %.
Le niveau des ventes restant inférieur à celui des mises en ventes, l’encours de logements proposés à la vente a continué de progresser. Au 30 juin 2008 il s’est établi à 21 800 logements. Au second trimestre 2008, les stocks de logements neufs disponibles ont donc atteint un niveau égal à une année de mises en vente. Les délais de commercialisation ont continué de progresser puisqu’il faut désormais en moyenne plus d’un an et demi pour vendre un logement neuf en Rhône-Alpes. Depuis mi-2007 le délai moyen d’écoulement est passé de 10 à 17 mois pour les appartements et de 13 à 17 mois pour les maisons.
Après le point haut des deuxième et troisième trimestre 2007 les prix des logements collectifs neufs ont continué de régresser. A 3 300 euros le m², l’évolution annuelle s’est établie à 7,5 % en un an. Les logements collectifs ont retrouvé en Rhône-Alpes au second trimestre 2008 le niveau de prix qui était le leur au premier trimestre 2007.
Globalement la conjoncture de la commercialisation des logements neufs est toutefois restée mieux orientée en Rhône-Alpes que dans les autres régions françaises. Sur un an les ventes et les mises en vente ont moins régressé en Rhône-Alpes que dans l’ensemble du pays où l’évolution a atteint respectivement 20,9 % et -20,0 %. Cependant le délai d’écoulement s’est maintenu à un niveau plus élevé en Rhône-Alpes et le prix des logements a régressé alors qu’il continuait de progresser au niveau national (+3,7 %).

COLLECTIF PAR ZONE DE MARCHE HORS STATIONS

Hors stations de montagne, les ventes d’appartements neufs ont diminué de 12,8 % par rapport aux quatre trimestres précédents au cours de l’année glissante de juillet 2007 à juin 2008. De fortes baisses ont été enregistrées à Saint-Julien-en-Genevois, Thonon-Evian et dans le Pays-de-Gex tandis que les réservations continuaient de progresser à Chambéry-Aix-les-Bains et Annecy. En glissement annuel les mises en vente d’appartements neufs hors stations ont diminué de 8,8 %, en particulier à Lyon, Grenoble et Annemasse. Les mises en vente sont restées orientées à la hausse à Chambéry-Aix-les-Bains et Annecy.
Ce dossier, qui s’appuie sur l’enquête ECLN, porte sur la commercialisation des logements neufs faisant suite à des dépôts de permis de construire portant sur 5 logements et plus.
Les stations de montagne représentent une faible part des appartements commercialisés mais ils comportent des caractéristiques spécifiques qui conduisent à les dissocier du reste de la région.
Par ailleurs le logement collectif représentant la plus grande partie de la commercialisation des logements du champ de l’enquête, les analyses relatives aux zones de marché ne portent que sur ce type de logements sans tenir compte des maisons individuelles. L’encours de logements neufs proposés à la vente a augmenté de 30,0 % en un an, surtout à Chambéry-Aix-les-Bains et Thonon-Evian. En revanche, il est resté stable à Lyon, Grenoble et Anne-masse. Le prix moyen des appartements neufs hors stations s’est maintenu à 3 200 euros/m² au second trimestre 2008 soit une baisse de 2,3 % en un an. Les prix moyens les plus élevés ont été relevés à Lyon, Annecy, Annemasse et Saint-Julien-en-Genevois. Les appartements neufs se sont négociés à des prix plus abordables dans le Nord Isère, où ils ont toutefois connu une forte augmentation, ainsi qu’à Saint-Etienne.

COLLECTIF EN STATIONS EN ISÈRE, SAVOIE ET HAUTE-SAVOIE

Dans les stations de montagne, sur l’année glissante de juillet 2007 à juin 2008, les ventes d’appartements neufs ont chuté de 24,5 % par rapport aux quatre trimestres précédents tandis que les mises en vente régressaient de 18,7 %. Cette baisse a surtout concerné les stations d’Isère et de Savoie, la Haute-Savoie restant relativement épar-gnée par ces difficultés. L’encours de logements collectifs neufs proposés à la vente a globalement progressé de 30,5 % en un an dans les stations. Cette augmentation a essentiellement affecté la Savoie et la Haute-Savoie alors que les stocks ont diminué dans les stations iséroises. Le prix des appartements neufs en station a connu une chute brutale pour s’établir à 4 800 euros/m² au second trimestre 2008 soit une baisse annuelle de 23,7 %.

POUR EN SAVOIR PLUS


- SESP infos rapides n° 450, MEEDDAT, août 2008


Télécharger :