Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable et Données

Bilan Transports 2020 : Marché des véhicules neufs, trafics aérien et fluvial en très forte baisse

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 juillet 2021

Jean-Yves Pouyet, François-Xavier Robin (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Auvergne-Rhône-Alpes)

Le nombre d’immatriculations de véhicules neufs enregistre une baisse importante dans toutes ses composantes (véhicules particuliers, utilitaires légers, poids lourds, bus). Le trafic aérien connaît une diminution historique du nombre de passagers transportés. Le bassin Rhône-Saône est le bassin français qui subit la plus forte contraction du transport fluvial de marchandises.

Dans un contexte mondial de crise sanitaire, toutes les composantes de la mobilité des personnes et des marchandises sont à la baisse, avec des amplitudes diverses. Le marché automobile a connu en 2020 un net repli en Auvergne-Rhône-Alpes, les concessions ayant été fermées pendant plusieurs mois.

Des immatriculations de véhicules particuliers en forte baisse

Après le record historique régional des transactions de voitures neuves en 2019, 190 000 véhicules particuliers neufs ont été vendus en 2020, soit une baisse annuelle de 23 %, légèrement inférieure à celle observée au plan national. Tous les départements connaissent des diminutions annuelles sévères, mais les situations diffèrent localement. Le nombre de véhicules achetés par des loueurs ou par des entreprises s’effondre de 26 %. Les investissements des particuliers connaissent un recul annuel de 20 % et représentent la majorité des ventes.

Percée des véhicules électriques ou hybrides, forte diminution des émissions de CO₂

Les incertitudes liées au contexte socio-économique ont influencé le comportement des acheteurs. Les acquisitions de véhicules particuliers évoluent fortement avec l’essor des motorisations alternatives (hybrides et électriques). Le recul des motorisations diesel amorcé en 2013, aussi bien au plan national que régional, s’accélère encore en 2020. En Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de véhicules au gasoil enregistre une baisse annuelle de 34 %. Les immatriculations de véhicules essence (hors hybride) diminuent elles aussi (– 39 %). Les motorisations électriques ou hybrides, avec 46 300 immatriculations, voient leur volume plus que doubler en 2020. Exprimées en norme NEDC, les émissions moyennes annuelles de CO₂/km des véhicules particuliers neufs baissent fortement pour la région (− 14 %) et se situent à 96 grammes/km, contre 112 grammes/km en 2019.

Les investissements professionnels plongent aussi

En Auvergne-Rhône-Alpes, les immatriculations de véhicules utilitaires légers neufs (poids inférieur à 3,5 tonnes) baissent de plus de 14 % en 2020, un peu moins qu’au niveau national. Les véhicules utilitaires de plus de 3,5 tonnes, après avoir connu quatre années de hausse consécutives, reculent de 19 % au niveau régional (contre 24 % au plan national). Avec seulement 650 unités, les immatriculations d’autobus et d’autocars, dont le marché apparaît toujours très erratique, reculent de 36 %.

Un effondrement historique du trafic aérien

Après des années de croissance record tant aux plans international, national que régional, le transport aérien fait partie des secteurs les plus touchés par la pandémie sanitaire mondiale. Le trafic passager, international comme intérieur, a été quasiment interrompu en France au second trimestre de l’année et sa reprise a été fortement encadrée. Ainsi, en 2020, en Auvergne-Rhône-Alpes, un peu plus de 4 millions de passagers ont été transportés ce qui représente une baisse de 68,5 % par rapport à l’année précédente. En valeur absolue, ce résultat est historique et le trafic passager régional en 2020 apparaît inférieur de moitié à celui enregistré en 2010. Avec 3,5 millions de passagers, l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry connaît une baisse de 70 %. Sur cette même plate-forme, le fret aérien enregistre quant à lui une moindre diminution d’activité (– 20 %).

Le transport fluvial de marchandises sur l’axe Rhône-Saône en forte baisse

Au niveau national, après une année 2019 marquée par une forte croissance avec 7,4 milliards de tonnes-kilomètres (+ 10 %), 2020 enregistre une baisse de 11,5 % (6,5 milliards de tonnes-kilomètres), avoisinant le niveau d’activité de 2018. Cette tendance est généralisée sur l’ensemble des bassins, mais l’axe Rhône-Saône est celui qui a le plus souffert avec des diminutions d’activité de 22 % (à 960,5 milliards de tonnes-kilomètres) et de 19,3 % en volume (4,4 millions de tonnes transportées). De plus, la fermeture de l’écluse de Sablons dans l’Isère, entre mi-février et fin mars, à la suite d’un accident ayant affecté un bateau-citerne, a accentué la tendance baissière des transports sur cet axe en provenance ou à destination de la Méditerranée. Les filières ont été diversement affectées. Celles des matériaux de construction et de la métallurgie ont été très touchées du fait de l’arrêt des chantiers pendant le premier confinement, alors que la filière agricole a continué à fonctionner pleinement durant la même période du fait des excellentes récoltes de 2019.

AVERTISSEMENT
Les données sur le Transport Routier de Marchandises relatives à l’année 2020 produites par le Service de la Donnée et des Études Statistiques (SDES) ne sont pas disponibles au moment de la rédaction de ce bilan économique.
Cet article, qui fait l’objet d’une actualisation annuelle réalisée par la DREAL, a été réalisé pour le "Bilan économique" de l’INSEE. Cette publication consultable en intégralité sur le site de l’INSEE rassemble les contributions des services de l’Etat en Auvergne-Rhône-Alpes ainsi que de différents partenaires et retrace les faits marquants de l’année écoulée.