Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable et Données

Bilan construction 2016 : Des signaux prometteurs après une année 2015 au plus bas

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 2 juin 2017 (modifié le 28 février 2020)

Les ventes de logements neufs retrouvent en 2016 leur haut niveau de 2010. 19 300 maisons et appartements sont réservés au cours de l’année, soit 17 % de plus qu’en 2015. Toutes les typologies sont concernées en individuel comme en collectif. Cette conjoncture bien orientée incite les promoteurs à lancer de nouveaux programmes. En données redressées, 18 800 logements sont proposés à la vente en 2016, soit 16 % de plus qu’en 2015. Le niveau des ventes restant durablement supérieur aux mises en ventes, la baisse des stocks se poursuit. 16 000 références sont proposées par les promoteurs fin 2016, en repli de 4 % par rapport à 2015. Le délai d’écoulement, qui traduit la période théoriquement nécessaire pour que les réservations résorbent l’ensemble du stock, se réduit également. En collectif, il atteint 10 mois au quatrième trimestre 2016 contre 13 mois un an auparavant. Pour les maisons il passe de 15 à 11 mois.

Hausse de l’investissement locatif et de l’achat pour habiter

Les investisseurs prennent une part significative de cette activité soutenue. Selon les informations connues des promoteurs, le nombre de logements réservés par des particuliers en vue d’une mise en location augmente de 22 % en glissement annuel. Sur les douze derniers mois, un tiers des réservations (35 %) est identifié par les promoteurs comme relevant d’un investissement locatif. Côté achat pour habiter, les ventes augmentent également, la progression atteignant +15 %. Les taux d’intérêt sont particulièrement bas, et pour les primo accédants, les conditions d’obtention du prêt à taux zéro s’allègent, avec notamment le relèvement du plafond de ressources ouvrant droit au dispositif. 15 300 PTZ sont accordés en 2016, soit près du double de 2015 (+95 %).
Dans le parc locatif social, les agréments progressent de 21% par rapport à 2015 et concernent 16 100 logements, tandis que l’accession sociale, qui représente 1 500 agréments, se replie de 6 %.

La croissance du bâtiment portée par la construction de logements

Dans ce contexte globalement favorable, la construction de logements neufs progresse. 50 000 logements sont mis en chantier en 2016 selon les estimations provisoires actualisées en février 2017, en hausse de 10 % par rapport à 2015. Ce sont les appartements et logements en résidence qui augmentent le plus à +13 %. Et de nouveaux projets voient le jour. Progressant de 13 % par rapport à 2015, le chiffre des autorisations se rapproche du niveau qui avait été atteint en 2013 pour atteindre 58 000 logements. Les croissances les plus importantes concernent l’habitat collectif, regroupé avec les logements en résidence, et l’individuel pur.

Une activité moins dynamique dans l’immobilier d’entreprise et dans l’entretien rénovation

La tendance est plus indécise pour les locaux d’entreprises. En date de prise en compte, les surfaces des locaux non résidentiels mis en chantier en 2016 sont supérieures de 2 % au chiffre de 2015 et atteignent 2,8 millions de m² de plancher. En hausse, les locaux industriels, tandis que les bureaux et locaux d’entreposage s’inscrivent en repli. En revanche les autorisations connaissent une légère baisse de 1 % et concernent 4,4 millions de m².
L’activité d’entretien-rénovation des logements se montre peu dynamique. Selon la méthodologie élaborée par les cellules économiques régionales de la construction, le chiffre d’affaires du secteur progresserait de 0,9 % en volume en Auvergne-Rhône-Alpes en 2016 pour atteindre 9,3 milliards d’euros, soit 59 % de l’activité du bâtiment. Les pouvoirs publics soutiennent les travaux engagés par les ménages à travers plusieurs dispositifs. Dans la rénovation énergétique, le levier le plus important est le crédit d’impôt transition énergétique (CITE), qui a concerné près de 90 000 ménages en 2014 pour plus de 500 millions d’euros de travaux éligibles. Le programme Habiter Mieux, délivré par l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), orienté vers les ménages modestes, contribue à la rénovation de 4 800 logements en 2016, en baisse de 9 % par rapport à 2015. 2 700 éco-prêts à taux-zéro soutenant des bouquets de travaux sont distribués par les établissements bancaires, en repli de 7 % par rapport l’année précédente. La TVA à taux réduit et les certificats d’économie d’énergie (CEE) contribuent également au financement des aides à la rénovation énergétique pour les particuliers. Dans le parc social, 4 100 prêts éco-PLS de la Caisse des Dépôts sont engagés par les bailleurs en 2016, en baisse de 28 % par rapport à une année 2015 où le dispositif avait été particulièrement sollicité.

Une conjoncture bien orientée pour les Travaux Publics et les matériaux

Les Travaux Publics se redressent après une année 2015 particulièrement dégradée. Les chefs d’entreprise restent prudents, mais disposant de carnets de commande mieux fournis, ils se montrent optimistes pour 2017, et confiants pour un maintien des effectifs.
L’industrie des matériaux est en hausse, mais le niveau de production reste modéré. Les productions de béton prêt à l’emploi et de granulats augmentent respectivement de +5 % et +1 % en 2016, soit une progression supérieure à celle du niveau national. La consommation de ciment est en hausse de 7 % selon les derniers chiffres en année glissante actualisés en août 2016.

Hausse de l’intérim et baisse du chômage

L’amélioration de la conjoncture du secteur n’impacte pas directement l’emploi qui reste stable à +0,1 % fin 2016 en glissement annuel, atteignant 176 000 salariés. En revanche, l’intérim profite largement de cette embellie. En moyenne des quatre trimestres, la progression est de 9% dans le Bâtiment et de +15% dans les Travaux Publics. Et la situation s’améliore au plan du chômage : en décembre 2016, le nombre de demandeurs d’emploi de la construction est inférieur de 11% à celui de 2015. Les créations d’entreprises progressent de 1%, hors micro entreprises, alors que les défaillances reculent de 22% en un an.

Sources

  • construction neuve : SOeS-Sit@del2 (logements : estimations dates réelles ; locaux : surfaces de plancher en date de prise en compte) ;
  • commercialisation des logements neufs : SOeS-ECLN ;
  • PTZ+ et éco-PTZ : SGFGAS ;
  • parc social : DREAL ;
  • Emploi, démographie d’entreprise : INSEE ;
  • demande d’emploi, intérim : Pôle Emploi-DARES ;
  • suivi activité du BTP : CERC Auvergne-Rhône-Alpes.

Signatures
Julie Brun, CERC Auvergne-Rhône-Alpes
Yves Pothier, DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

Cet article, qui fait l’objet d’une actualisation annuelle réalisée par la DREAL, avec la contribution de la CERCARA, a été réalisé pour le "Bilan économique" de l’INSEE. Cette publication consultable en intégralité sur le site de l’institut (https://www.insee.fr/fr/statistiques/2851081?sommaire=2851327#consulter) rassemble les contributions des services de l’Etat en Auvergne-Rhône-Alpes ainsi que de différents partenaires et retrace les faits marquants de l’année écoulée.

Télécharger :