Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable et Données

Les trois massifs de la région Auvergne-Rhône-Alpes

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 27 décembre 2016 (modifié le 27 janvier 2017)

  Le massif alpin

Le massif alpin est un territoire dynamique. Il constitue un espace important de transition et de communication à l’échelle européenne. Ses 2,4M d’habitants sont répartis sur 9 départements (Savoie, Haute-Savoie, Isère, Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes ; Alpes de Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes Maritimes, Var et Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d’Azur). Ses résultats économiques sont plus favorables que ceux observés au niveau national (population plus jeune, qui augmente plus vite, taux de chômage plus faible). Ce constat est toutefois plus particulièrement adapté aux alpes du Nord (Savoie, Haute-Savoie, Isère).

Il bénéficie de paysages variés et d’espaces naturels remarquables (3 parcs nationaux, 6 parcs naturels régionaux, 12 réserves naturelles nationales et 29 régionales, des sites NATURA 2000 et des espaces soumis à arrêtés de biotope). Il est doté d’une activité économique soutenue et diversifiée : activité industrielle héritière de la houille blanche, activités innovantes, entreprises artisanales et agriculture mais le tourisme est devenu l’activité économique motrice de développement de l’espace alpin.

C’est également un territoire fragile dans lequel l’offre de service est inégalement répartie et doit composer avec les faibles densités, les difficultés de déplacement, la topographie.
Son économie est confrontée à de multiples défis : survie de l’agriculture, petites entreprises fragiles et transmission difficile, mode de développement touristique qui doit intégrer les évolutions climatiques.
C’est, enfin, un massif sous l’influence de grandes métropoles générant pression foncière et conflit d’usages.

La convention inter-régionale de massif 2015/2020 fixe les orientations suivantes :

Axe 1 : Améliorer l’attractivité des territoires des massifs par une amélioration de l’offre de services aux populations et aux entreprises

  • Encourager l’innovation dans les services à la population et aux entreprises
  • Contribuer à la mise en oeuvre d’une politique de transport et de services de mobilité durable dans le massif
  • Contribuer à mettre en valeur et en réseau les grands sites ou atouts emblématiques des Alpes françaises

Axe 2 : Accompagner la valorisation économique des ressources naturelles, culturelles et patrimoniales et des compétences reconnues dans les massifs

  • Valoriser le bois énergie et son usage local comme énergie renouvelable alpine
  • Développer la certification « Bois des Alpes » et l’usage du bois pour la construction (dans une logique offre/demande)
  • Conforter l’économie agricole montagnarde, dont le pastoralisme et l’hydraulique agricole, dans ses fonctions de production et de gestion de l’espace
  • Mettre en valeur les ressources naturelles et culturelles du massif par territoire

Axe 3 : Accompagner l’adaptation au changement climatique

  • Soutenir la transition énergétique dans le massif
  • Diffuser et accompagner les projets de bâtiments et de territoires démonstratifs d’une transition énergétique et écologique ; capitaliser et développer les nouvelles énergies renouvelables dans une logique économique (filières alpines)
  • Développer la gestion intégrée des risques naturels
  • Favoriser la biodiversité et les continuités écologiques et développer les services éco-systémiques

Axe 4 – Développer la coopération nationale inter-massifs et la coopération territoriale européenne et internationale entre régions de montagne

  • Coopération entre les massifs de montagne français ou des opérations ville-montagne (études, recherches-actions, séminaires).
  • Coopération territoriale dans l’arc alpin et à l’international (programme transfrontalier ALCOTRA, programme France-Suisse, programme transnational « Espace alpin », plan d’action de la Stratégie de l’Union européenne pour les Alpes (EUSALP), travaux de la Convention alpine, ou coopération internationale avec la Chine « Alpes-Sichuan »).

  Le massif du jura

Seul le département de l’Ain est concerné en région Auvergne-Rhône-Alpes par le Massif du Jura.
C’est un territoire riche et préservé ; essentiellement rural sans grande métropole. Il possède une grande diversité biologique protégée par de multiples réserves nationales et régionales ainsi que par des arrêtés de biotope.

Il bénéficie d’un environnement favorable en étant entouré par des bassins d’emploi dynamiques (Lyon, Bourg en Bresse, Genève, et par la Suisse), d’un taux de chômage bas et d’un niveau de revenu favorable à la consommation. Il connaît toutefois une concurrence entre territoires et une pression foncière élevée. L’accessibilité est bonne mais la main d’oeuvre est difficile à trouver du fait du niveau des salaires suisses et rend difficile l’implantation d’entreprises.

Les montagnes du Jura sont habitées et actives. La population est en croissance, l’emploi, principalement industriel, est à un bon niveau. Le territoire bénéficie d’une production agricole de qualité (avec une forte spécialisation laitière). La forêt est sous-exploitée car essentiellement privée mais à fort potentiel. L’activité touristique, hivernale et concentrée sur la zone de montagne avec des conditions de neige aléatoires, est pénalisée par un déficit d’image et doit se diversifier. Le tissu industriel est dynamique mais fragile du fait d’une forte spécialisation et de l’emprise de donneurs d’ordres importants.

La convention inter-régionale de massif 2015/2020 fixe les orientations suivantes :

Axe 1 : Améliorer l’attractivité des territoires du massif

  • accroître la durabilité des systèmes de mobilité
  • développer les usages du numérique adaptés aux besoins des populations et des entreprises

Axe 2 : Accompagner la valorisation économique

  • favoriser les regroupements et les coopérations dans les secteurs traditionnels du massif
  • soutenir les actions de protection, de valorisation, de reconquête du paysager-consolider l’économie touristique de la destination montagne du jura

Axe 3 : Adaptation au changement climatique

  • adapter l’offre d’activités touristiques au changement climatique en développant l’itinérance et les sports de nature durables dans une dynamique 4 saisons
  • améliorer la connaissance des impacts du changement climatique sur le massif et encourager le développement d’une production d’énergie renouvelable.

Axe 4 : Développer les coopérations inter-massifs et la coopération territoriale avec la Suisse.

  • Coopérer avec les autres massifs (filière forêt-bois, gestion de l’autonomie fourragère, productions de diversification, promotion du tourisme de moyenne montagne, préservation d’espèces emblématiques)
  • coopérer avec la Suisse ( grandes filière économiques, tourisme, services à la population dont transports, protection de l’environnement, gestion des ressources naturelles, maîtrise de l’urbanisme).

  Le massif central

Le Massif Central est un territoire de faible densité confronté à une érosion démographique pénalisante. Il se caractérise par une occupation quasi totale de l’espace et une accessibilité partout possible.

Des entreprises industrielles et artisanales sont présentes sur tout le territoire (pôles de compétences, enseignement supérieur et recherche, grands groupes qui génèrent une image d’excellence et une activité de sous-traitance, systèmes productifs locaux dans les filières bois, mécanique, textile).

C’est un territoire propice à l’élevage avec des races porteuses d’identité et de qualité qui possède également un potentiel forestier certain mais qui reste à dynamiser.

Ses grands espaces, son patrimoine historique, son thermalisme, l’agritourisme, l’eau en font un territoire approprié pour le tourisme de découverte et de nature (26 sites accueillent plus de 100 000 visiteurs).

Le Massif Central dispose d’un maillage de villes qui préserve un relatif équilibre entre population rurale et population urbaines. Son positionnement central valorisé par de grandes infrastructures est un atout pour un rayonnement national même si des progrès restent à faire (des départements et des aires urbaines d’accessibilité médiocre à Paris, pas de liaison TGV, liaison transversales dégradées). Il l’expose, en revanche, à subir des tendances centrifuges avec des régions limitrophes plus peuplées, plus créatrices de richesse économiques.

La convention inter-régionale de massif central 2015/2020 fixe les orientations suivantes :

Priorité 1 : Attractivité du Massif central pour les entreprises et les populations en renforçant l’offre de services

  • Favoriser la mobilité et expérimenter de nouvelles offres de services en favorisant le développement des usages des TIC.
  • Prolonger et améliorer le lien entre les politiques d’attractivité des entreprises et les politiques d’attractivité et d’intégration des populations, en tenant d’avantage compte de l’hétérogénéité des territoires.

Priorité 2 : Production de richesses en valorisant les ressources naturelles, culturelles et patrimoniales ainsi que les compétences

  • Augmenter la valeur produite par l’exploitation durable des ressources naturelles et encourager l’activité en accompagnant et soutenant l’organisation des chaînes de valeur à haute valeur ajoutée caractéristiques du Massif Central, tout en anticipant le changement climatique et l’évolution des modes de vie.

Priorité 3 : Accompagner l’adaptation au changement climatique et atténuer ses effets

  • Préserver et valoriser la biodiversité et les ressources naturelles du Massif Central.
  • Promouvoir la production et la distribution d’énergies renouvelables, en expérimentant à l’échelle du Massif Central des modèles adaptés aux territoires et aux besoins de consommation. Augmenter l’efficacité énergétique dans les secteurs productifs y compris l’agriculture.

Priorité 4 : Développer les capacités des territoires et favoriser les coopérations

  • Améliorer les connaissances à l’échelle du Massif Central afin de donner une capacité d’analyse et de prospective aux acteurs du territoire.