Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Eau Nature Biodiversité
 
 

Evolution de l’occupation des sols par grandes catégories (màj 2021)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 mai 2018 (modifié le 24 août 2021)


Cet indicateur permet d’apprécier l’évolution de la pression exercée par l’artificialisation des sols sur les zones agricoles et naturelles. L’artificialisation et la destruction des milieux naturels constituent en effet l’une des premières menaces qui pèsent sur la biodiversité.
L’artificialisation concerne environ 6000 hectares par an en Auvergne-Rhône-Alpes depuis 10 ans et cette évolution reste plutôt stable. La surface artificialisée représente 8,5 % de la région contre 7,7 il y 10 ans et 5 % au milieu des années 80 et cette progression se fait au détriment des surfaces agricoles (données Teruti 2018 série longue, AGRESTE)
.
Type d’indicateur : Pression

Source : Enquête Teruti-Lucas, Ministère de l’Agriculture, 2019


Graphique P1

Consulter la fiche de l’indicateur directement ci-dessous ou au format PDF :

Evolution de surface artificialisée par habitant (màj 2021)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 mai 2018 (modifié le 13 août 2021)

Cet indicateur montre l’évolution de la pression de l’artificialisation par habitant. Il donne l’évolution en m²/hab et en pourcentage, de la surface artificialisée totale régionale ramenée au nombre d’habitants.
En Auvergne-Rhône-Alpes, on observe une évolution des surfaces artificialisées qui reste soutenue malgré un certain ralentissement de l’augmentation de la population. L’artificialisation par habitant dans la région est cependant désormais en dessous le moyenne nationale.

Type d’indicateur : Pression

Source : Enquête Teruti-Lucas, Ministère de l’Agriculture, 2016 et Population communale, INSEE 2017.


Consulter la fiche de l’indicateur directement ci-dessous ou au format PDF :

Sur le même sujet, l’article de mai 2020 sur l’artificialisation en Auvergne-Rhône-Alpes étudie le phénomène d’artificialisation à partir de sources différentes (données d’origine fiscales qui ne prennent pas en compte ce qui n’est pas cadastré, et en particulier les routes et autoroutes).

Pour en savoir plus, l’Observatoire national de la Biodiversité propose des indicateurs spécifiques Artificialisation du territoire métropolitain et Part du territoire occupé par les écosystemes peu anthropisés et le site de l’Observatoire de l’artificialisation des sols fournit des éléments complémentaires.

Evolution de la surface des prairies permanentes (màj 2021)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 25 juillet 2019 (modifié le 27 août 2021)


L’indicateur est fondé sur le principe que les prairies constituent des éléments de biodiversité structurants et importants, en particulier dans le Massif Central.

Type d’indicateur : Pression

Depuis 2017, la surface toujours en herbe (surface restée enherbée de manière ininterrompue depuis 5 ans au moins) a cessé de diminuer et elle augmente en 2018 et 2019 de 82 000 ha en Auvergne-Rhône-Alpes (pour une hausse de la SAU de 42 000 ha) après une perte depuis 2000 de 194 000 ha. Cette évolution est à mettre en relation avec la mise en place de la nouvelle Politique agricole commune (effet déclaratif), mais également avec un travail de consolidation des données SAU.
Enfin, cet indicateur est quantitatif mais peu qualitatif ; la qualité écologique des prairies dépend beaucoup des pratiques de fertilisation, de fauche et de pâturage. Le constat en 2019 était plutôt la dégradation et la destruction des habitats les plus riches (rapportage Directive Habitats 2019).

Source :Service régional statistiques de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes, Agreste, Mémento 2020 et précédénts.




Consulter la fiche de l’indicateur directement ci-dessous ou au format PDF :

Pour en savoir plus sur la répartition et l’évolution des prairies permanentes dans notre région, voir

Voir également sur cette thématique l’indicateur national ONB : Évolution des surfaces de grands espaces toujours en herbe.