Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Climat Air Énergie

Les bonnes pratiques à adopter en cette période sanitaire

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 avril 2020

La pollution de l’air agit sur les voies respiratoires et rend les organismes plus vulnérables. Quand bien même les effets sur la santé de cette pollution sont principalement liés à une exposition chronique, l’exposition aux polluants peut provoquer, même à des faibles niveaux, le jour même ou dans les jours qui suivent, des symptômes irritatifs au niveau des yeux, du nez et de la gorge voire aggraver des pathologies respiratoires chroniques (asthme, bronchite, etc.).

Si les mesures enregistrées par ATMO Auvergne-Rhône-Alpes depuis la prise d’effet des mesures de confinement montrent que celui-ci a permis de limiter le trafic routier et d’enregistrer une baisse des concentrations en dioxyde d’azote pouvant atteindre 70 % certains jours en milieu urbain, tous les polluants ne connaissent pas la même dynamique. Pour les particules fines, dont les sources sont multiples, l’impact est décelable près des voiries mais moins marqué (baisse de l’ordre de 10 %) et non constaté sur l’ensemble du territoire régional. Outre le chauffage, en hausse en cette fin de mois de mars avec le net refroidissement, les activités agricoles, des brûlages à l’air libres et certains secteurs industriels encore actifs, des phénomènes d’import de particules à grande échelle ont concerné notre région.

De ce fait, le contexte sanitaire actuel doit inciter chacun à redoubler de vigilance sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre.

Par conséquent :

  1. les utilisateurs de chauffage au bois sont invités à adopter les recommandations d’usage ;
  2. le principe d’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts est rappelé aux particuliers et professionnels ;
  3. le secteur agricole est invité à :
  • enfouir le plus rapidement possible, voire immédiatement, les fertilisants, minéraux ou organiques épandus, selon ses possibilités matérielles ;
  • éviter toute pratique d’élimination de ses déchets verts agricoles par brûlage et à privilégier les pratiques alternatives (compostage, broyage, paillage, etc.).

Le respect des bonnes pratiques, le bon sens et la solidarité sont des principes fondamentaux afin de sortir au plus vite et au mieux de cette crise sanitaire.

En savoir plus :
Des plaquettes de communication portant sur le brûlage des déchets verts ont été préparées à l’attention des maires, des particuliers et des agriculteurs. Elles sont disponibles ici.

Avec la fermeture des déchetteries, plusieurs possibilités de gestion de ces déchets sont possibles et expliquées par ATMO Auvergne-Rhône-Alpes.