Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Infrastructures routières

Le contexte du projet

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 6 février 2018

Le carrefour des Couleures est situé au nord-est de l’agglomération valentinoise. Il s’agit d’un giratoire singulier, à 7 branches, où se raccordent la RN 7, la RN 532 (LACRA), la RD 432 , l’avenue de Romans, et un accès-sortie à la zone commerciale des Couleures.


On y observe une superposition de trafics de différentes natures : transit interurbain, transit pendulaire avec une forte pénétrante de et vers Valence-Centre et trafic local lié à la desserte des zones commerciales des Couleures (Valence) et de Laye (St-Marcel-lès-Valence). Il se situe dans le périmètre d’articulation des grands axes autoroutiers (A49-A7) desservant le sillon alpin et la vallée du Rhône. La RN 7 (contournement de Valence) sert également d’itinéraire de délestage de l’A7 en cas de coupure de celle-ci, ou lors des migrations estivales.

Ce giratoire est régulièrement congestionné aux heures de pointe, en particulier le vendredi soir, et le samedi après-midi où le trafic lié aux centres commerciaux est le plus important. Il constitue le principal point de difficultés de circulation de l’agglomération de Valence.

C’est pourquoi l’État et les collectivités se mobilisent pour améliorer le fonctionnement de ce carrefour. L’objectif d’aménagement consiste ainsi, d’une part, en la fluidification et la sécurisation de la circulation pour tous types d’usages, et d’autre part en la séparation du flux de transit routier national du trafic local.

En 2016, la circulation moyenne (2 sens de circulation cumulés) était 1 :

  • sur la RN7 – déviation de Bourg-lès-Valence : 22 300 véhicules / jour, dont 8 % de PL
  • sur la RN7 entre les échangeurs des Couleures et de Chabeuil : 45 100 véhicules/j, dont 7 % de PL
  • sur la RN532 entre les échangeurs des Couleures et d’Alixan : 48 600 véhicules/j, dont 6 % de PL

L’opération est inscrite au CPER 2015-2020. Elle est estimée à 28 M€, dont 18 M€ apportés par l’État et 10 M€ par les collectivités locales.


1 Source : données de trafic 2016 de la DIR Centre-Est (service de l’État gestionnaire des routes nationales)