Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Climat Air Énergie

Le confinement a-t-il un impact sur la qualité de l’air que nous respirons ?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 10 avril 2020

ATMO Auvergne-Rhône-Alpes a récemment publié un bilan des mesures de confinement sur la qualité de l’air. Il souligne les effets positifs du confinement sur les émissions et concentrations en dioxyde d’azote en constatant une baisse de 37 % des émissions d’oxyde d’azote entre l’avant et l’après confinement et une baisse considérable des concentrations en oxydes d’azote en proximité routière (jusqu’à 80 %) et en milieu urbain.

Vis-à-vis des particules, l’impact du confinement n’est pas aussi marqué. Ainsi, ATMO relève une baisse de 7 % seulement des émissions de particules depuis le confinement. En fait, le trafic routier ne représente que 17 % des émissions de particules en région, la source principale reste le chauffage. ATMO note même une progression de 18 à 25 % des concentrations en particules sur les deux premières semaines de confinement en milieu urbain. Cette hausse est probablement liée à un usage accru du chauffage, aux activités agricoles comme l’épandage et à l’import de particules désertiques ou d’autres régions, ainsi qu’à des conditions météorologiques plutôt stables et non favorables à la dispersion des polluants.

En restant vigilant.e, vous pouvez limiter les émissions de particules lorsque vous êtes chez vous :
1. Limitez le chauffage au bois ou découvrez les bonnes pratiques du chauffage au bois
2. Ne brûlez pas vos déchets verts, c’est interdit.

Avec la fermeture des déchetteries, ATMO Auvergne-Rhône-Alpes vous indique plusieurs possibilités de gestion de ses déchets verts.

Pour en savoir plus sur les interactions entre le Covid-19 et la qualité de l’air, retrouvez le communiqué d’ATMO Auvergne-Rhône-Alpes ou téléchargez le bilan complet de l’évaluation de la qualité de l’air suite au confinement.

Par ailleurs, l’Ineris a mis en en ligne un nouvel outil permettant de visualiser quotidiennement les effets du confinement sur les concentrations de dioxyde d’azote et des particules.