Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Infrastructures routières

Le chantier de restauration écologique des étangs des Pilets a ouvert ses portes au public le 2 novembre 2017

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 29 novembre 2017
Ce chantier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des mesures compensatoires environnementales liées à l’aménagement en cours, de la déviation de Villeneuve-sur-Allier par la RN7.

Les travaux de la déviation de Villeneuve-sur-Allier dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par l’État (DREAL Auvergne-Rhône-Alpes) sont en cours de réalisation. D’une longueur à aménager d’environ 7 km, la nouvelle infrastructure routière contournera le bourg de Villeneuve-sur-Allier, par l’est.

Les études de variantes ont conduit au choix du meilleur compromis entre les enjeux économiques, humains et environnementaux.

Le tracé retenu nécessite localement la traversée de milieux naturels abritant un cortège d’espèces faunistiques et floristiques dont certaines revêtent un caractère patrimonial et sont protégées. Ces enjeux ont été pris en considération tout au long de la définition progressive du projet.

Le secteur est constitué de nombreux corridors écologiques. Après estimation des enjeux faunistiques liés au projet et détermination précise des impacts de celui-ci sur les populations et habitats concernés, un arrêté préfectoral (N°3085/14 en date du 16 décembre 2014) portant dérogation à l’interdiction de destruction, altération ou dégradations de sites de reproduction ou d’aires de repos d’espèces animales protégées et dérogation pour la capture ou l’enlèvement et la destruction de spécimens animales protégées, a été pris par M. le Préfet de l’Allier.

La présente dérogation a été délivrée sous réserve de mise en œuvre de mesures d’évitement, de réduction d’impact et de mesures écologiques et environnementales compensatoires, expressément décrites, afin d’assurer un état de conservation des espèces impactées satisfaisant sur le long terme.

Dans le cadre de la mise en œuvre d’une partie de ces mesures compensatoires, le site des étangs des Pilets composé du grand étang, du petit étang, des 3 mares des étangs et de la mare de la Bergerie a été acquis par l’État.

Étangs des Pilets
Étangs des Pilets
@DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

Ce secteur possède un fort potentiel du point de vue écologique, amphibiens et reptiles l’utilisant comme lieu de reproduction et d’hivernage, nombreux oiseaux, notamment ceux liés aux étangs, insectes liés aux milieux aquatiques, chauves-souris pour la recherche de nourriture,… Cependant, l’intérêt écologique peut être encore largement amélioré, car cet espace laissé sans entretien durant plus de dix ans, a vu son état forestier se dégrader. La densité de plantation (résineux, noyers, bambous, …) trop élevée a contribué avec le temps, à fermer les milieux et à faire décliner et appauvrir sa biodiversité.

La DREAL a souhaité associer et bénéficier des compétences d’un opérateur écologique et naturaliste. Aussi, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) Auvergne l’accompagne pour la restauration écologique de ce site à valeur patrimoniale importante.

C’est sur la base d’un plan de mise en œuvre d’actions environnementales visant l’amélioration de la qualité écologique des milieux de ce site, qu’une mission de réhabilitation, de gestion conservatoire écologique et d’entretien, d’observation et de suivis scientifiques floristique et faunistique, d’animation et de création de supports de communication, lui a été confiée.

C’est dans ce cadre que des visites ont été proposées au public le 2 novembre 2017, pour informer les riverains et habitants de Villeneuve de cette initiative et des bouleversements du paysage induits.

Journée "portes ouvertes au public" du 02/11/17
Journée "portes ouvertes au public" du 02/11/17
@DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

Ainsi, animée par la DREAL et la LPO Auvergne, la découverte du chantier d’aménagement des étangs des Pilets, s’est opérée en compagnie des entreprises de travaux forestiers BONGARD, BAZOT et Fils et de David SUBTIL, pour la partie débardage par traction animale.
Une soixantaine de personnes ont pu participer et disposer de toutes les réponses à leurs interrogations.

La première étape de cette réhabilitation consiste à ouvrir les milieux naturels par l’élimination de l’ensemble des espèces végétales inadaptées, ornementales, invasives et non autochtones présentes, broussailles, pour permettre à la végétation locale (et la faune qui y est associée) de recoloniser cet espace. Afin de préserver les secteurs à forts enjeux environnementaux, l’utilisation de la traction animale, pour une partie du débardage, est venue en complément du débardage motorisé et mécanisé.

Débardage par traction animale
Débardage par traction animale
@DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

L’objectif est de recréer les conditions optimales pour l’implantation à terme, d’une forêt alluviale composée d’essences adaptées (saules, aulnes, frênes,…) avec une densité bien moindre qu’auparavant (1 plants / 25 m²). Les premières plantations débuteront en fin d’hiver 2018 et se poursuivront à l’automne.

Débardage motorisé et mécanisé, débardage par traction animale Débardage motorisé et mécanisé, débardage par traction animale
Débardage motorisé et mécanisé, débardage par traction animale
@DREAL Auvergne-Rhône-Alpes
Débardage motorisé et mécanisé, débardage par traction animale

D’autres aménagements écologiques seront réalisés au cours de l’année 2018, comme la remise en fonctionnalité de l’ensemble de mares, la création de dispositifs de reproduction pour l’avifaune, d’hivernage pour les reptiles et les amphibiens, le maintien de sites de caches ou de nourrissages,…

Enfin, depuis la future aire de repos des Pilets aménagée sur la RN7 dans le cadre de l’opération routière, les visiteurs auront la possibilité d’emprunter un parcours naturaliste agrémenté de panneaux pédagogiques et de sensibilisation, tout en étant guidés vers des postes d’observation de la faune du site.

Cette réhabilitation est un travail de longue haleine. Si les premiers petits effets pourront être perçus dans 3 ou 4 ans, d’autres ne pourront s’apprécier que dans 15 ou 20 années voire plus. Seul l’entretien annuel du site que doit réaliser la LPO Auvergne et les suivis de la faune et de la flore, à pas de temps régulier, nous permettront d’appréhender et d’apprécier si la restauration écologique et environnementale des étangs des Pilets a réellement offert un « paradis » pour la biodiversité.