Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Eau Nature Biodiversité

La rivière Lignon, au pied du Mont Mézenc (Haute-Loire) retrouve son lit

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 octobre 2018 (modifié le 19 avril 2019)
L’action conduite au pied du Mont Mézenc en haute-Loire, démontre comment l’articulation de différents outils financiers permet de mener à bien un projet d’envergure. Ce chantier de restauration de la rivière par suppression d’un plan d’eau, en partie financé par la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes via un contrat Natura 2000, fait partie des 6 lauréats retenus sur 53 projets proposés au Grand Prix National du Génie écologique 2018.

Créé en 1973 au cœur même du lit de la rivière Lignon, le plan d’eau de Fay sur Lignon en Haute-Loire, au pied du Mézenc, avait une vocation touristique. 44 ans plus tard, après plusieurs crues dévastatrices, force a été de constater que l’impact économique était bien trop modeste au regard des dysfonctionnements causés sur l’équilibre naturel de la rivière (eutrophisation, perturbations hydrauliques, transfert sédimentaire….). La disparition du plan d’eau devait donc être envisagée.

Une synergie des outils financiers pour effacer le plan d’eau

Vidéo sur le chantier de restauration de la rivière le Lignon en Haute-Loire  (nouvelle fenetre)

150 Mo - ouverture dans une nouvelle fenêtre


Couvert à la fois par un contrat territorial et par un site Natura 2000 désigné pour des espèces principalement inféodées aux milieux aquatiques (loutres, castors, moules perlières, écrevisses à pieds blancs), ce plan d’eau a pu être effacé grâce à l’engagement des acteurs locaux (municipalité, syndicat intercommunal pour l’aménagement de la Loire et de ses affluents…) et grâce à une bonne articulation entre les financements liés au contrat territorial et à un contrat Natura 2000.

Novateur et très ambitieux, ce chantier a permis à la rivière de retrouver son lit d’origine et un fonctionnement beaucoup plus naturel. De nombreuses espèces emblématiques de cette tête de bassin vont donc pouvoir réinvestir ces milieux nouvellement restaurés et qui n’attendent que leur retour.