Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Développement Durable et Données

La commercialisation des logements neufs en Auvergne-Rhône-Alpes au 2ème trimestre 2017 - Les ventes toujours en hausse

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 octobre 2017

Les réservations de logements neufs continuent de progresser, atteignant un niveau proche de celui des années 2010-2011. Cette bonne orientation de l’activité de promotion immobilière, qui implique le marché très local des stations de montagne, n’est pas une spécialité régionale, et les chiffres d’Auvergne-Rhône-Alpes sont proches de ceux de l’ensemble de l’Hexagone. Les mises en ventes connaissent elles aussi une forte progression. Toutefois, leur nombre restant inférieur à celui des ventes, les stocks importants de logements disponibles à la vente n’augmentent pas.

  Individuel et collectif Auvergne-Rhône-Alpes

19 600 maisons et appartements sont réservés au cours de la dernière année glissante du troisième trimestre 2016 au second trimestre 2017, soit 12 % de plus que pour la même période de l’année précédente, du troisième trimestre 2015 au deuxième trimestre 2016. Toutefois le chiffre des trois derniers mois, d’avril à juin, s’inscrit en net repli de -12 % par rapport à celui de la même période de 2016. En année glissante, les annulations progressent de 50 % et atteignent 9 % des réservations. Au niveau national, l’évolution des ventes de logements neufs atteint 13 %. Cette conjoncture bien orientée concerne à la fois les appartements et les maisons qui progressent respectivement de 11 et 15 %. En collectif, les petites typologies sont les plus recherchées, les réservations de T1 augmentant de 20 % contre 9 % pour les T4 et plus.
En données corrigées, les mises en vente de logements neufs atteignent 19 300 logements, soit une hausse de 7 % en glissement annuel. Mais le chiffre du deuxième trimestre 2017 est inférieur de 25 % au même trimestre de l’année précédente. La progression des mises en vente des 12 derniers mois est très proche de celle de la France métropolitaine qui s’établit à 6%. L’augmentation des mises en vente concerne à la fois les appartements (+7 %) et les maisons (+9 %). En collectif, les mises en vente de T1 progressent sensiblement à +12 %.
Les ventes se maintiennent à un niveau suffisamment élevé pour que les stocks ne progressent pas. En données corrigées, 17 500 références sont disponibles dans les catalogues des promoteurs fin juin 2017, en repli de 0,2 % par rapport à la même date de 2016. Toutefois cette baisse repose essentiellement sur l’individuel (-4 %) alors qu’une légère progression intervient en collectif (+0,2 %). Les stocks d’appartements progressent pour les T2 (+1 %), alors qu’ils se résorbent pour les T1 (-2 %). Dans l’ensemble de l’Hexagone, l’encours baisse de 2 % en données corrigées. Le délai d’écoulement, qui reflète la durée théorique pour que les réservations résorbent l’ensemble du stock, est stable en collectif à 3,6 trimestres, alors qu’il se réduit de 0,4 trimestre en un an en individuel pour atteindre 3,3 trimestres.
Le prix des appartements est en progression. En moyenne des quatre derniers trimestres, il faut compter 3 910 € le mètre carré pour l’achat d’un appartement en Auvergne-Rhône-Alpes, soit une croissance annuelle de 2 % en euros courants. Le prix des T1 en collectif connaît une augmentation significative de 11 % pour s’établir à 4 910 € le m². Dans l’ensemble du pays, le prix moyen au m² en collectif atteint 3 980 €, en hausse de 2 %. Côté maisons, les tarifs négociés s’établissent en moyenne à 302 000 euros le lot, soit une progression de 3 % en rythme annuel.

  Collectif par zone de marché hors stations

Hors stations, les réservations d’appartements neufs augmentent de 11 % en un an, notamment à Lyon, Annecy, Voiron, Rumilly, Cluses et dans le Pays-de-Gex.
La croissance des mises en vente d’appartements atteint 9 % en données brutes, avec un marché particulièrement dynamique à Lyon, Grenoble, Voiron, Annemasse et dans le Pays-de-Gex.
Le stock de logements diminue globalement de 1 %, notamment à Lyon, Saint-Etienne, Chambéry, et Thonon.
Le prix des appartements neufs s’établit en moyenne des quatre derniers trimestres à 3 800 € le mètre carré. Les prix les plus élevés concernent Lyon, Annecy et la zone frontalière avec la Suisse. L’évolution moyenne est de +3 % par rapport à la même période de 2016.

  Collectif en stations

Dans les stations, les ventes d’appartements progressent de 15 % par rapport aux douze mêmes mois de l’année précédente, tandis que les mises en vente diminuent de 29 %. L’encours de logements disponibles reste stable, le stock de juin 2017 s’établissant 1% en dessous de celui du même mois de 2016.
Dans les stations iséroises, les réservations progressent sensiblement, mais les mises en ventes dépassent les ventes et le stock se développe. En Savoie, les réservations augmentent, mais les mises en ventes se replient, comme les stocks. En Haute-Savoie les ventes se réduisent sensiblement, les mises en ventes sont plus nombreuses que les réservations, et le stock augmente.
Le prix des appartements neufs atteint en moyenne 5 840 € le mètre carré en année glissante actualisée juin 2017, en repli de 1 % par rapport à la même période de l’année précédente. La baisse des prix est particulièrement sensible en Isère.

  Pour en savoir plus

  Note explicative

L’enquête sur la commercialisation des logements neufs (ECLN) est réalisée chaque trimestre auprès des promoteurs par le SDES, service statistique des ministères en charge de l’environnement, du logement, des transports et de l’énergie.
En 2017, l’enquête fait l’objet d’une refonte. Dans un premier temps, ce changement n’a pas d’impact sur le périmètre de diffusion qui concerne les programmes immobiliers et permis de construire de cinq logements et plus destinés à la vente aux particuliers, quel que soit le mode de financement ou l’utilisation finale (résidence principale, secondaire, achat en vue d’une location). Ce champ exclut les réservations en globalité (à des bailleurs sociaux ou autres), les réservations en multipropriété et les logements construits pour être loués directement par le promoteur ou le donneur d’ordre comme des logements sociaux (destinés à la location ou à la location-accession), mais aussi de logements de fonction. Toutefois, l’application des règles de gestion de l’enquête rénovée conduit à une révision des chiffres déjà diffusés sur les trimestres antérieurs. Tous les détails de cette opération sont consultables sur le site du SDES (rubrique marchés du logement).
ECLN est une enquête obligatoire qui bénéficie du label d’intérêt général. La diffusion des informations qui en sont issues est soumise au respect du secret statistique. Les chiffres des derniers trimestres sont susceptibles d’être révisés.
Les mises en vente et les stocks du dernier trimestre font l’objet d’un redressement réalisé aux niveaux national et régional, qui n’est pas déclinée en local. Ainsi un écart peut exister entre la somme des mises en ventes et des stocks par zone et le total de la région.

  Quelques définitions

  • Mises en vente : nouveaux logements proposés à la commercialisation au cours du trimestre. Réservations : réservations à la vente avec dépôts d’arrhes.
  • Encours de logement proposés à la vente : logements proposés à la vente non encore réservés.
  • Délai d’écoulement de l’encours : nombre de mois qui seraient nécessaires pour écouler l’encours, soit encours/réservationsX3.
  • Prix : prix à la réservation hors frais de notaire et frais divers. Les prix de vente sont exprimés par lot pour les maisons et par m2 pour les appartements.
  • Données annuelles glissantes : pour les mises en vente et les réservations à la vente, le niveau est égal à la somme des quatre derniers trimestres. Pour l’encours et les prix, le niveau correspond à la moyenne des quatre derniers trimestres.

  Lecture

Cette analyse porte sur la commercialisation des logements neufs faisant suite à des dépôts de permis de construire portant sur 5 logements et plus.

Les stations touristique des Alpes représentent une faible part des appartements commercialisés en Auvergne-Rhône-Alpes, mais elles comportent des caractéristiques spécifiques qui conduisent en faire une présentation séparée.

Par ailleurs, le logement collectif représentant la plus grande partie de la commercialisation des logements du champ de l’enquête, les analyses relatives aux zones de marché ne portent que sur ce type de logements, donc hors maisons individuelles.